HISTORIQUE

GINSENG : TROIS MILLÉNAIRES D'HISTOIRE

* Les hommes ont de tous temps été à la recherche du remède universel ; les chinois estiment l'avoir découvert depuis 3000 ans.
 * LINNEE, le père de la botanique, confirme leur expérience en qualifiant le Ginseng de PANAX, nom latin de panacée.
 * Les premiers écrits retrouvés sur les effets miraculeux du Ginseng datent du premier siècle après J.C. On n'utilisait alors que des racines sauvages, qui valaient à poids égal plus cher que l'or ; elles étaient, de ce fait, réservées aux Empereurs et aux grands dignitaires.
 * En 1274, Marco Polo effectue son voyage en Chine et mentionne le Ginseng dans son livre des merveilles.
 * On raconte que la consommation de Ginseng en Occident fut lancée par Louis XIV, séduit par les effets aphrodisiaques des racines offertes par le Roi de Siam en 1713.
 * A cette période, les médecins hollandais utilisent le Ginseng avec cette restriction: "interdit aux jeunes gens et aux personnes de constitution chaude car il allume le sang" ! C'est le début d'une réputation tenace.
 * Réputation également liée à l'aspect anthropomorphe de sa racine : sa ressemblance avec un corps humain la destine tout naturellement à concourir au bien-être de l'homme.
 * 1711 : première description complète du Ginseng asiatique par un missionnaire jésuite français, le Père JARTOUX.
 * En 1818, le Ginseng d'origine asiatique est inscrit à la pharmacopée française mais il n'est vraiment utilisé en thérapeutique médicale que depuis quelques décennies.
* C'est en 1843 que Carl Anton MEYER identifie précisément la plante et lui donne son nom botanique : PANAX GINSENG C.A. MEYER ; il la distingue de l'espèce canadienne, découverte en 1715 par le Père LAFITAU, autre jésuite français : PANAX QUINQUIFOLIUM L. ; ce dernier n'a pas l'appellation "Ginseng" et n'est pas inscrit à la pharmacopée française.

   
© Jean-Marie BLANVILLAIN - Novembre 2008